Autism Intervention Training Program gives hope to a mother and her son | UNB

Global Site Navigation (use tab and down arrow)

College of Extended Learning

Autism Intervention Program Gives Hope to a Mother and Son

Lire en français

How UNB's Autism Intervention Program gave hope to a mother and her son

Salwa El Alaoui sits in front of her computer at her home in Gatineau, Quebec. Her 11-year old son showers her with hugs and kisses. There is tremendous love between this mother and son.

A busy wife and mother of three, Salwa operates a licensed daycare from her home. While the six young children in her care are taking their naps, she shares her story with us.

Salwa is from Morocco, speaks Arabic, English, and French fluently, and is learning Farsi and Turkish. She was once a ballerina, has a double master's degree in marketing and human resources, and worked in the corporate world until 2010 when she and her family moved to Canada.

A recent graduate of the Autism Intervention Training Program offered jointly between the University of New Brunswick and CCNB, Salwa's journey to this point was more challenging than most.

Upon arrival in Canada, her plan was to get acquainted with the country and spend time with her children and get them settled before she returned to the workforce. Ten months later, her life was turned upside down.

Salwa learned that her son, who was 20-months old at the time, was on the Autism Spectrum. As she explains the shock of the news and the experience, you can almost feel her emotion.

"He [her son] had no sense of danger, he was not afraid of strangers or fire or water, I had to be with him 24/7. I had nightmares every night. I was in denial. It was difficult to talk about it without crying. I felt like his childhood was being stolen from him. We reduced our social interaction with others, as some friends were judgmental, thinking we didn't educate him well or couldn't manage him."

At this moment, Salwa pauses briefly to compose herself.

"I thought it [the emotion] was gone. It's been such a long time since I've felt this way," she says. "I've reached a state of acceptance and resilience, and I wouldn't change him for the world. But it was really difficult."

After his diagnosis, the family began private therapy sessions, traveling four times a week to attend. After three years, an accumulation of $60,000 in debt (after insurance) to pay for the therapy, she saw little progress. She decided to stop the treatment as she realized that he was learning more with her at home.

She began her quest to find help and solutions to give her youngest son as close to a normal life as possible. She knew she would be the one to help her son and was determined to find a way to earn a living while doing it.

Through a Google search, she learned about the AIT Program. The program appealed to her because it is offered online, making it accessible and convenient for her to learn from her home.

Salwa recalls making the phone call to AIT program manager, Francyne Jutras, that would, ultimately, change the direction of her life.

"I needed to make my case to be accepted to the program because I didn't study education. But, I have a child with autism—I've been in education for the past eight years! I convinced her somehow and they accepted me for the program. And for that, I'm so grateful."

The AIT program uses evidence-based practices, such as Applied Behaviour Analysis (ABA), as part of the curriculum. ABA is effective in the treatment of individuals on the autism spectrum.

Before AIT, Salwa wasn't comfortable with ABA.

"I didn't like the world of ABA. The way it was explained to me by various therapists, I understood it was like programming a child like a robot,” she explains.

It was during the theory portion of the program when she learned about prompting and reinforcement that she had an ‘aha’ moment.

"What I learned in the program is that ABA is really about learning how to teach skills to be able to function in normal life. That was the biggest enlightenment that I had, it was like, yes, this really works!”

While completing the practicum portion of the program, Salwa says she "was blooming" and describes the training as professional and humane. She clearly remembers the moment when her perspective changed. "It was precisely when we were learning about reinforcement. The 'aha' moment started here – with what reinforcement can be."

Today, Salwa is thrilled to share that her son is learning new skills. After three days, he learned how to wash his hands by himself. She has started working on communication skills. He is still in diapers but is now using a tablet with software that helps him say when he wants to go to the toilet. He is starting to communicate when he wants to eat and what he wants to eat.

"To me, these are giant steps."

Salwa credits this success to the training she received in the practicum and the mindset of her instructors that this work can change people's lives.

"In the real world, life is unpredictable. And I wanted my son to learn how to deal with unpredictable life because I'm not going to be here all the time."

"Before, I was teaching him the wrong way and not allowing him to reach independence, the autonomy I want him to reach. Even my husband is telling me, 'He is changing!' I'm like, 'Yes, I know!'"

"The deep regret I have about this program is I didn't know about it in 2012. It would have saved me a lot of money, and I'm sure my son would have been completely independent and maybe in a regular class at school by now."

We asked Salwa how she would describe the program to someone.

"If you really want to understand ABA, take this program. If you are a parent and you want real hope, not just imaginary hope, take the program. It's really amazing."

What does the future hold for Salwa?

"After taking the course, ABA really made sense. I don't see myself doing anything else in the future, but working with people on the autism spectrum."

Her immediate goal is to write the Registered Behaviour Technician (RBT) exam, so she has the certification to help others. She plans to start by helping her friends. Long term, she wants to help as many people as possible—no matter where they are in the world.

"People need to have hope. I'm going to be forever grateful for the passion that UNB injected in me with this program, and the hope it gave me for my son and other people."

Francyne Jutras, program manager, describes the AIT program as the only one of its kind in the Maritimes.

"Graduates of the program not only have a specialization in Autism and Applied Behaviour Analysis, but they are also qualified to write the exam to earn their Registered Behaviour Therapist (RBT) certification," explains Jutras.

The Autism Intervention Training Program is an 18-week online program consisting of core theory, training sessions, and a practicum supervised by autism experts. The program is geared toward a wide range of stakeholders who care about helping individuals on the autism spectrum.

"We are making a difference in people's lives," says Jutras. "New Brunswick leads the country in the way we serve people with ASD, and the AITP contributes to that success."

Since 2004, UNB has offered Autism and Behavioural Intervention programming. The current line-up includes the Certificate in Applied Behaviour Analysis, Fetal Alcohol Spectrum Disorder Certificate, ABA for Families and Caregivers, and hosts an annual Atlantic Provinces Autism Conference.

For more information on the AIT program and other Behavioural Intervention and Autism Programming, contact UNB's College of Extended Learning or visit go.unb.ca/abi.

Back to our full listing of news and stories

Read in English

Le Programme de formation en intervention auprès des personnes autistes (Autism intervention training program) de l’UNB donne de l’espoir à une mère et son fils

Salwa El Alaoui est assise à son ordinateur dans son domicile à Gatineau, au Québec. Son fils de 11 ans la couvre de câlins et de baisers. Il existe un amour profond entre cette mère et son fils.

Salwa est une épouse et une mère de trois enfants, et elle opère une garderie agréée à son domicile. Pendant que les six enfants sous sa responsabilité font la sieste, elle partage son histoire avec nous.

Salwa est originaire du Maroc, elle parle couramment l’arabe, l’anglais et le français, et elle apprend le persan (farsi) et le turc. Elle a déjà été ballerine, elle détient une double maîtrise en marketing et en ressources humaines, et elle a travaillé dans le monde des affaires jusqu’en 2010, lorsqu’elle et sa famille ont pris la décision de déménager au Canada.

Salwa a récemment obtenu son diplôme du programme de formation en intervention auprès de personnes autistes offert conjointement par l’University of New Brunswick et le CCNB, mais son parcours vers la réussite a été plus difficile que prévu.

À son arrivée au Canada, son plan était d’apprendre à connaître le pays, de passer du temps avec ses enfants, d’assurer leur intégration, puis de retourner sur le marché du travail. Or dix mois plus tard, sa vie a été bouleversée.

Salwa a appris que son fils, âgé de 20 mois à l’époque, était autiste. Lorsqu’elle explique le choc éprouvé en apprenant la nouvelle et qu’elle partage son expérience, on peut presque ressentir ses émotions.

« Il [son fils] n’avait aucune notion du danger, il ne craignait pas les étrangers, ni le feu, ni l’eau. Je devais être avec lui vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sept jours par semaine. J’avais des cauchemars toutes les nuits. J’étais dans le déni. Il était difficile de parler de la situation sans pleurer. J’avais le sentiment qu’on lui volait son enfance. Nous avons diminué nos interactions sociales, car certains amis portaient un jugement contre nous et pensaient que nous lui donnions une mauvaise éducation ou que nous étions incapables de le discipliner. »

Salwa prend un bref moment pour se ressaisir.

« Je pensais que c’était parti [les émotions]. Je ne me suis pas senti comme ça depuis très longtemps », dit-elle. « J’ai atteint un état d’acceptation et de résilience, et je ne changerais mon fils pour rien au monde. Mais ça n’a pas été facile. »

À la suite du diagnostic, la famille a entamé des séances de thérapie privées, voyageant quatre fois par semaine pour s’y rendre. Au bout de trois ans, ils ont accumulé une dette de 60 000 $ (après soustraction des demandes d’indemnité) pour payer la thérapie, et il y eut peu de progrès. Salwa réalisa que son fils apprenait davantage avec elle à la maison, et décida donc de cesser le traitement.

Salwa entreprit une quête pour trouver de l’aide et des solutions qui permettraient à son fils de vivre une vie aussi normale que possible. Elle savait qu’elle était la personne qui aiderait son fils et elle était déterminée à trouver une façon d’y arriver tout en étant capable de gagner sa vie.

En effectuant une recherche sur Google, elle a appris l’existence de la formation IAU. Le programme a intéressé Salwa, car il était offert en ligne. Il s’agissait donc d’une option accessible et pratique pour elle qui lui permettait d’apprendre de la maison.

Salwa se souvient de son appel téléphonique à la directrice de la formation IAU, Francyne Jutras; un appel téléphonique qui allait changer le cours de sa vie.

« Je devais défendre ma cause pour être acceptée à la formation, car je n’avais pas étudié en éducation. Mais j’ai un enfant autiste, ça fait 8 ans que je suis en éducation! J’ai réussi à la convaincre et ils m’ont accepté à la formation. Et j’en suis grandement reconnaissante. »

La formation IAU fait appel à des pratiques basées sur des données probantes comme l’analyse appliquée du comportement (ABA) dans le cadre de son curriculum. L’ABA est efficace pour le traitement des personnes atteintes d’un trouble du spectre de l’autisme.

Avant la formation IAU, Salwa n’était pas à l’aise avec l’ABA.

« Je n’aimais pas le concept de l’ABA. La façon dont différents thérapeutes me l’expliquaient, je le voyais comme une façon de programmer un enfant comme un robot, » explique-t-elle.

C’est pendant la partie théorique de la formation, lorsqu’elle a appris les concepts de l’incitation et du renforcement, qu’elle a eu une révélation.

« Au cours de la formation, j’ai appris que l’ABA est en réalité une façon d’enseigner des compétences qui permettent de fonctionner et de mener une vie normale. Ce fut ma plus grande réalisation, je me suis dit oui! Ça fonctionne vraiment! »

Durant son stage dans le cadre du programme, Salwa dit qu’elle « s’est épanouie » et elle décrit la formation comme étant professionnelle et humaine. Elle se rappelle clairement le moment où sa perspective a changé. « C’était précisément lorsqu’on nous a enseigné le concept du renforcement. La découverte des possibilités du renforcement a suscité une révélation chez moi. »

De nos jours, Salwa est heureuse de dire que son fils apprend de nouvelles compétences. Après trois jours, il a appris à laver ses mains par lui-même. Elle a aussi commencé à travailler sur ses compétences en communication. Il porte toujours des couches, mais il est maintenant capable d’utiliser une tablette électronique dotée d’un programme qui l’aide à communiquer quand il doit aller à la toilette. Il commence aussi à communiquer quand il veut manger et ce qu’il veut manger.

« À mes yeux, ce sont des pas de géant. »

Salwa attribue ce succès à la formation qu’elle a reçue pendant son stage et à la mentalité de ses instructeurs qui croient que ce travail peut changer la vie des gens.

« Dans le vrai monde, la vie est imprévisible. Je voulais donc que mon fils apprenne à faire face aux imprévus, car je ne serais pas toujours là. »

« Avant, je n’utilisais pas les bonnes méthodes d’apprentissage et je ne le laissais pas atteindre son indépendance - l’autonomie que je veux qu’il gagne. Même mon mari me dit "Il change!" et je lui réponds "Oui, je sais!" »

« Mon plus grand regret à l’égard de ce programme, c’est que je ne savais pas qu’il existait en 2012. J’aurais économisé beaucoup d’argent, et je suis certaine que mon fils serait maintenant complètement indépendant, et qu’il serait peut-être même dans une salle de classe ordinaire aujourd’hui. »

Nous avons demandé à Salwa comment elle décrirait le programme à une autre personne.

« Si vous voulez vraiment comprendre l’ABA, suivez cette formation. Si vous êtes parent et que vous voulez un espoir qui est réel, pas un espoir imaginaire, suivez cette formation. Elle est vraiment incroyable. »

Alors, qu’est-ce que l’avenir réserve pour Salwa?

« Après avoir suivi le cours, l’ABA a pris tout son sens. Je ne me vois pas faire autre chose plus tard que travailler avec des personnes atteintes d’un trouble du spectre de l’autisme. »

Son objectif immédiat est de passer l’examen afin d’obtenir sa certification en tant que technicienne du comportement [Registered Behaviour Technician (RBT]), puis d’aider les autres. Elle veut d’abord aider ses amis, puis à long terme, elle veut aider le plus de personnes possible, peu importe où elles se trouvent dans le monde.

« Les gens doivent avoir de l’espoir. Je suis éternellement reconnaissante envers l’UNB pour la passion que cette formation a éveillée en moi et pour l’espoir que j’ai maintenant pour mon fils et pour d’autres personnes autistes. »

Francyne Jutras, la directrice du programme, décrit la formation IAU comme étant unique dans les Maritimes.

« Les diplômés du programme ne possèdent pas seulement une spécialisation en autisme et en analyse appliquée du comportement (ABA), mais ils sont aussi qualifiés pour passer l’examen visant à obtenir leur certification de technicien du comportement (Registered Behaviour Therapist [RBT]), » explique Jutras.

La formation en intervention auprès des personnes autistes est un programme en ligne d’une durée de 18 semaines qui comprend de la théorie, des sessions de formation et un stage supervisé par des experts en autisme. Le programme s’adresse à une grande variété d’intervenants pour qui il est important d’aider les personnes atteintes d’un trouble du spectre de l’autisme.

« Nous avons une influence positive sur la vie des gens », dit Jutras. « Le Nouveau-Brunswick est un chef de file au pays en matière des services offerts aux personnes atteintes d’un trouble du spectre de l’autisme, et la formation IAU contribue à ce succès. »

Depuis 2004, le UNB College of Extended Learning (UNB CEL) offre le programme Autisme et intervention comportementale (Behavioural Intervention and Autism). Les autres programmes actuellement offerts comprennent le certificat en analyse appliquée du comportement (Certificate in Applied Behaviour Analysis), le certificat en troubles causés par l’alcoolisation fœtale (Fetal Alcohol Spectrum Disorder Certificate), et le programme ABA pour les familles et les personnes soignantes (ABA for Families and Caregivers), ainsi que le programme de formation en intervention auprès des personnes autistes. De plus, l’UNB CEL organise chaque année la Conférence sur l’autisme des provinces de l’Atlantique.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la formation IAU et le programme Autisme et intervention comportementale (Behavioural Intervention and Autism), veuillez communiquer avec le College of Extended Learning ou visitez le site Web : go.unb.ca/abi.

Retour à notre liste complète des nouvelles et des histoires