Conception Universelle

conception universelleLa conception universelle en enseignement postsecondaire : réalité ou utopie? – Un symposium à l’intention des éducateurs, animé par l’Université du Nouveau-Brunswick, les 9 et 10 novembre 2014, a été l’occasion pour plus de 100 professeurs et membres du personnel du niveau postsecondaire des quatre coins du pays de se familiariser avec la conception universelle de l’apprentissage et son application au niveau postsecondaire. Le Symposium a été subventionné par le ministère de l’Éducation postsecondaire, de la Formation et du Travail et préparé en collaboration avec l’Université Mount Allison, l’Université St. Thomas, l’Université de Moncton, le CCNB et le NBCC.

La présente page Web est un dépôt des diapositives des présentations données lors du Symposium et des séances qui y ont été filmées. Ces ressources sont accessibles à toutes les personnes qui souhaitent améliorer leurs connaissances et leur compréhension de la conception universelle de l’apprentissage.

Les participants étaient enthousiastes et ont participé aux diverses séances offertes au cours des deux jours du Symposium. Voici un échantillon des présentations données : Frederic Fovet, directeur des services myAccess du Bureau de soutien aux étudiants en situation de handicap de l’Université McGill, a expliqué à l’aide des principes de la conception universelle les mesures qu’il a prises pour modifier radicalement la façon dont les services aux personnes handicapées sont offerts. Trois membres du corps enseignant du Collège Dawson ont communiqué aux participants ce qu’ils avaient appris en implantant la conception universelle de l’apprentissage dans certains cours de français langue seconde au Collège Dawson. Keshia Godin, étudiante de 4e année en psychologie à l’Université Mount Allison, a présenté différentes possibilités pour les devoirs ainsi que des solutions de rechange aux travaux universitaires. Roberta Thomson, coordonnatrice de projet, a décrit le projet conjoint de trousse d’outils de la conception universelle de l’apprentissage pour les professeurs de collège et d’université, qui est en cours dans cinq établissements postsecondaires de la région de Montréal. Stéphanie Tremblay a présenté les résultats de son travail à titre de gestionnaire de projet pour des projets interniveaux de conception universelle de l’apprentissage 2013-2015 qui ont été entrepris dans des collèges français et des universités françaises de la province de Québec.

Le contexte juridique de la conception universelle de l’apprentissage a été éclairci par Barbara Roberts. Plusieurs séances ont abordé les différentes façons de faire la promotion de la conception universelle de l’apprentissage sur les campus d’enseignement postsecondaire. Jason Geary, conseiller pédagogique et étudiant au doctorat à la faculté de médecine de l’Université Memorial, a expliqué comment son établissement d’enseignement se sert d’une approche d’apprentissage hybride pour faire progresser la conception universelle de l’apprentissage sur le campus. Des évaluations fondées sur la conception universelle ont été soulignées par Roxanne Reeves et Krista Wilkins, deux chargées de cours de l’Université du Nouveau-Brunswick. Susan Wurtele, professeure primée de l’Université Trent, nous a raconté son aventure avec la conception universelle de l’apprentissage et décrit ses différentes expériences liées à l’emploi de stratégies de conception universelle de l’apprentissage dans ses cours. Sam Johnston, chercheuse scientifique du Centre for Applied Special Technology (CAST), a donné un discours-programme sur la variabilité des apprenants ainsi qu’une séance simultanée sur la façon de composer avec la variabilité dans une salle de classe hétérogène.

Mme Johnston a envoyé la charmante note de remerciement suivante au Comité organisateur après le Symposium. Elle décrit bien l’énergie effervescente des participants au Symposium et nous rappelle ce qui est nécessaire pour mettre en œuvre la conception universelle de l’apprentissage.

Je tenais à vous remercier de votre invitation au Symposium sur la conception universelle de l’apprentissage. Il a été très palpitant de prendre connaissance des travaux formidables qui ont été entrepris par les établissements d’enseignement canadiens, et d’entendre les questions et les idées réfléchies que les gens avaient sur la conception universelle de l’apprentissage, et ce, indépendamment de leurs connaissances de la notion. Je me dois maintenant de ne pas rater une occasion de vanter les Canadiennes et Canadiens qui, de bien des façons, ont pris une longueur d’avance. J’ai aussi été très touchée par l’accueil chaleureux des Maritimes et heureuse de voir à l’œuvre la valeur que notre pays accorde à la diversité. De la bénédiction donnée à l’événement par les aînés de l’UNB aux présentations qui étaient offertes dans les deux langues, les preuves étaient partout que les différences sont bien accueillies et considérées comme essentielles à nos apprentissages. Je pense réellement qu’il s’agit là du facteur le plus important pour la mise en œuvre de la conception universelle de l’apprentissage. [Traduction]

Le Symposium sur la conception universelle a été couronné de succès. Nous espérons que les personnes qui y ont participé continueront de développer leursconnaissances et compétences en matière de conception universelle de l’apprentissage en consultant et partageant les ressources qu’elles trouveront sur la présente page Web.